Augustin Rebetez
Son musée est en carton 

Commandé par PLATEFORME 10 en 2016, le Musée carton de l’artiste jurassien aura vu du pays avant de terminer sa route au Palais de Rumine, à Lausanne, le 23 septembre. Rencontre avec le créateur de cette installation itinérante au caractère poétique et délicieusement irrévérencieux.

SHARE

« Faites attention de ne pas vous ramasser une tuile en arrivant, les ouvriers sont en train de refaire le toit. » Avant notre rendez-vous chez lui près de Delémont, Augustin Rebetez a pris soin d’éviter que le ciel ne nous tombe sur la tête. Contrairement à la demeure de l’artiste jurassien, l’objet de la rencontre est en carton. Il s’agit de son Musée carton, une installation itinérante spectaculaire qui terminera sa route au Palais de Rumine à Lausanne après avoir vu le jour sous la bannière de PLATEFORME 10 à artgenève en janvier 2016. La même année, le musée imaginaire plantait ses fondations souples aux Rencontres de la photographie d’Arles.

A l’image du Musée de l’Elysée, du Musée cantonal des Beaux-Arts et du mudac, Augustin Rebetez touche autant à la photographie qu’aux beaux-arts et au design. Volontairement sans logique, l’installation mélange de fausses œuvres d’artistes avec les siennes. A Lausanne, il ne manquera pas de faire un clin d’œil à l’artiste chinois emblématique Ai Weiwei qui exposera en même temps que lui au Palais de Rumine.

Drôle, un peu foutraque, mais aussi poétique, le projet fait également honneur au goût de la provocation du jeune artiste. « Les œuvres dont je me moque gentiment, ce sont des œuvres que j’adore, tient-il à préciser. Comme la fausse vidéo de Fischli/Weiss, l’originale est un véritable chef-d’œuvre. C’est une sorte d’hommage aux artistes que j’aime. On vit dans une époque où les artistes évoluent de plus en plus aux frontières des différents médiums, c’est passionnant. » En guise d’épilogue, ce Musée carton – beau comme un mirage – sera entièrement mis en pièces et vendu lors du finissage, durant lequel une vraie vente aux enchères des « fausses » œuvres d’art aura lieu.

Texte : Alexandre Lanz
Photo : Jean-Bernard Sieber

Architecture Tournez votre écran pour voir la construction.
Maintenant
Maintenant
Maintenant
Maintenant
Maintenant